Organiser une partie de synthèse

Le corpus de synthèse se trouve ici.


a) Faire des catégories (parties, sous-parties).

b) Enchaîner les idées.

1) Présenter l'idée générale avant les idées particulières :
La réduction de la consommation peut avoir différents objectifs. L'un de ces objectifs est écologique.

2) Énoncer l'idée générale avant de parler d'un document :
La réduction de la consommation est destinée à diminuer le gaspillage. Ainsi, selon Hervé Kempf, c'est pour l'équilibre de la planète que les riches et les classes moyennes devraient renoncer à la consommation ostentatoire.   

3) Faire des connexions ou des transitions :
Reprise de l'idée précédente et annonce de l'idée suivante.
La réduction de la consommation peut se faire dans le but d'éviter le gaspillage. Mais elle peut aussi servir à développer la vie spirituelle. 

c) Exemple (début d'une partie) : on peut représenter le plan sous forme d'arbre


Ces documents ne se contentent pas de présenter différents types de consommation, ils nous en donnent les raisons (transition : reprise de la première partie et annonce de la deuxième). Les anticonsuméristes comme les grands consommateurs ont en effet des objectifs (annonce de deux catégories). Ces objectifs peuvent être personnels ou collectifs (annonce de deux autres catégories). On s'aperçoit que dans ce corpus les anticonsuméristes pensent aussi bien à leur intérêt qu'à l'intérêt général (croisement des catégories). En revanche, les consommateurs ostentatoires, eux, ne pensent qu'à leur satisfaction (idem). Les militants du défi des cent objets cherchent à se sentir plus libres, à se simplifier la vie, à faciliter le ménage et les déménagements. Mais leur action est présentée comme une rébellion. Ils contestent l'idée qu'il faille consommer beaucoup pour être heureux. Ils s'attaquent donc à un dogme de la société de consommation. C'est pourquoi Sophie Dubuisson-Quellier les qualifie d'anticonsuméristes (détail 1). De même, Gandhi privilégie la simplicité pour se consacrer au spirituel. Sa chambre se trouve dans un ashram, lieu consacré à la méditation (preuve de la phrase précédente). Mais on sait que cet homme voyait dans la pauvreté volontaire un remède social (détail 2). Enfin, Hervé Kempf affirme que la modération a plusieurs avantages. Elle est écologique, elle est socialement juste. De plus, elle réduirait le sentiment de privation des pauvres et de la classe moyenne dans laquelle il se range en employant le "nous". Les grands consommateurs au contraire n'ont qu'un souci égoïste. Selon Kempf, les riches sont animés par ce que Veblen appelle la rivalité ostentatoire. La classe moyenne aussi puisque cette rivalité est selon Veblen le principe de la vie sociale. Mais seuls les riches peuvent satisfaire sans cesse leurs désirs et acheter des objets sophistiqués et luxueux. Comme ils ne connaissent pas la privation, Kempf se demande s'ils accepteraient la modération (détail 3). Un autre exemple de luxe nous est donné par le texte de Zola. On voit bien que Nana n'est guidée que par son intérêt personnel, ses désirs et sa fantaisie. Il n'y a pas plus de limites à son désir qu'à celui des oligarques de Kempf. C'est pourquoi elle modifie la décoration de sa chambre sans réussir à combler son désir (détail 4).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire